Victor Hugo et les Misérables : un Jean Valjean à son image

La BNF a consacré en 2002 une magnifique exposition à Victor Hugo qui rendit bien compte de la créativité polymorphe du visionnaire, poète, écrivain, plasticien qu’il était. Le titre de l’exposition, L’Homme Océan , met tout le monde d’accord et a fortiori les amateurs d’astrologie : Poissons ascendant Scorpion, Victor Hugo était indubitablement un « Neptunien » avec pas moins de 4 planètes en Poissons et Neptune, la planète maîtresse des Poissons, à l’Ascendant.

 

Le thème astral de Victor de Hugo :
Thème astral V. Hugo

Thème astral de Victor Hugo

Véritable incarnation de « la quête de rédemption », il possédait un esprit pénétrant que sous-tendait une profonde empathie pour à peu près tout et tout le monde. Il faut préciser avant toutes choses que Pluton – planète maîtresse de l’ascendant Scorpion- se trouve en Poissons et que Neptune -planète maîtresse des Poissons- se trouve en Scorpion. Dans ce cas de figure, on dit que les planètes sont en réciprocité mutuelle. Chacune étant le maître de l’autre, leurs énergies se trouvent renforcées et entremêlées. Victor Hugo n’était pas (seulement) un de ces natifs du Poissons doux, mystique, rêveur, qui vécut paisiblement entre la pêche et le jardinage en se laissant vivre au gré du vent ou selon des extases aussi profondes que muettes. Il était plus complexe, tourmenté et incisif que cela, comme peuvent l’être toutes les personnes marquées par le signe du Scorpion, c’est à dire tourmenté par l’idée de « faute » et son pendant le sentiment de culpabilité. Certaines de ses œuvres littéraires portent cette signature, en particulier un personnage fortement inspiré de sa propre vie (et où trouver l’inspiration si ce n’est au fond de soi-même ?) :  le personnage de Jean Valjean dans Les Misérables. Pour ce personnage, nous allons voir que Victor Hugo a puisé dans la triple conjonction Soleil/Pluton/Vénus en Poissons et en maison IV de son thème natal.

LE NEPTUNIEN

Jean Valjean est un personnage qui n’a de cesse de chercher sa réhabilitation auprès de la société mais surtout auprès de Dieu, quête de rédemption bien caractéristique d’un personnage du XIXème siècle marqué par les signes du Scorpion -la faute- et du Poissons -le pardon. 19 années de bagne pour un vol de pain (qui ne sont pas sans rappeler les 19 années d’exil de V. Hugo) ne semblent pas suffire à racheter sa faute, puisqu’ il est constamment poursuivi par Javert (représentant la loi des hommes) et régulièrement recueilli par les prêtres (représentant la loi de Dieu). Il doit son salut à l’Évêque de Digne, personnage éminemment Neptunien qui  lui servira dès lors de mentor : un modèle de bonté, d’abnégation, de dévouement, d’esprit charitable et sacrificiel, en somme l’archétype pur du Soleil en Poissons. Ce personnage permet à Jean Valjean d’entrevoir une alternative à la haine qu’il voue à la société en renonçant à l’amertume et la vengeance et en s’ouvrant au pardon, à la bonté mais aussi à des torrents de  larmes … Victor Hugo dresse ainsi son portrait :
Il n’était occupé qu’à trouver pour lui-même et à inspirer aux autres la meilleure manière de plaindre et de soulager. Ce qui existe était pour ce bon et rare prêtre un sujet permanent de tristesse cherchant à consoler. Il y a des hommes qui travaillent à l’extraction de l’or ; lui, il travaillait à l’extraction de la pitié. L’universelle misère était sa mine. La douleur partout n’était qu’une occasion de bonté toujours. (Les misérables, tome 2, Gallimard, 1995, p.104)

UN JUSTICIER

Gustave_Brion,_Javert,_1862_-_Les_Misérables,_G._Routledge_and_Sons.jpeg

Javert, d’après Gustave brion, 1862

Si, à un premier niveau, Jean Valjean n’arrête pas de changer d’identités ( M. Madeleine, Ultime Fauchelevent, M. Leblanc, Urbain Fabre, …), charriant avec lui ses secrets et demeurant une énigme même pour ses proches, il change aussi radicalement en profondeur. Cette capacité de renaître à lui-même est typique de la conjonction Soleil/Pluton, aspect astrologique qui indique de profondes transformations (Pluton) de la personnalité (Soleil). Pluton lui permet de connaître instinctivement les tréfonds de l’âme humaine, les mobiles et intentions secrètes les plus inavouables, à commencer par les siennes. Plein de culpabilité à cause de la noirceur qu’il voit en lui, il cherche dans un premier temps à expier ses fautes, et même celles d’un autre en se dénonçant pour un crime qu’il n’a pas commis (ne pas oublier que cette conjonction est en Poissons, esprit sacrificiel oblige…). Et c’est parce qu’il n’est pas en paix avec lui-même que Javert le pourchassera sans relâche, justicier implacable et tenace (Pluton) qui, lui, ne connaît pas la pitié,  représentant de la sorte une ombre de Jean Valjean.
Cosette

Cosette, d’après Emilie Bayard, 1862

UN ABSOLU D’AMOUR

Il est ensuite et surtout motivé par la quête de l’amour universel (Vénus en Poissons). Pour cela, il doit renoncer à l’amour excessif et exclusif qui le lie à Cosette et menace jusqu’à la liberté et le bonheur de cette dernière. Il doit donc transformer (Pluton) sa manière d’ aimer (Vénus) afin de ne pas nuire à Cosette, en acceptant l’inévitable séparation entre un père et son enfant quand ce dernier grandit. Très dur pour un signe d’eau en recherche constante de fusion, encore plus pour un Pluton conjoint Vénus en IV. (Victor Hugo  sait de quoi il parle puisqu’il éprouva un chagrin infini suite à la mort de sa fille Léopoldine.)
Mais c’est aussi parce que Jean Valjean aspire à être une autorité « chez lui », c’est à dire un individu exemplaire (Soleil) dans son rôle de père de famille (maison IV), qu’il donnera son appui, son amour et ses vœux de bonheur à Cosette. Au final, l’amour l’aura transformé à son tour, ce qui est toujours en jeu avec un aspect Vénus/Pluton. Tout comme l’Evêque de Digne représente un modèle de compassion à suivre ( Soleil en Poissons) et Javert, une lucidité absolue et implacable sur soi-même (Soleil/Pluton), Cosette représente pour sa part Vénus en Poissons, un être foncièrement bon, charitable, désintéressé… et fortement idéalisé !
dessin de Victor_Hugo

Burg de Victor Hugo, Tête d’aigle, 1850

LE RETOUR A LA SOURCE

Avec cette triple conjonction en Poissons, on voit donc bien que Jean Valjean incarne une volonté profonde de transformation de soi grâce au pardon et à l’amour. On a déjà vu que le signe du Poissons est associé à des qualités de profonde empathie, d’esprit charitable. Il représente aussi un irrésistible attrait « hors du monde » qui pousse à la contemplation et à la méditation, au mysticisme aussi. Le monde des Poissons est celui du silence, de l’osmose et de l’infini (en contraste avec le signe de la Vierge qui représente le fini). On y trouve les hautes révélations mais aussi les douleurs muettes. En maison IV, c’est donc dans son foyer, sa maison mais aussi au plus profond de lui-même que Jean Valjean fait l’expérience de cet infini. Quoi de mieux qu’une retraite dans un couvent pour être chez soi tout en étant hors du monde ? Jean Valjean et Cosette y passeront de nombreuses années. D’ailleurs, il est amusant de noter que l’Evêque « mentor » de Jean Valjean qui le recueille s’appelle en réalité Monsieur Bienvenu…Pour le mystique sans religion, la contemplation de la nature marche aussi  : c’est dans son jardin que jean Valjean connaît les « inspirations » les plus révélatrices, un jardin laissé en friche dans lequel il se repose, se ressource, et médite sur le monde, un jardin très « maison IV en Poissons  » en somme. Je terminerai donc cet article par un extrait évoquant les  contemplations auxquelles se livre Jean Valjean dans son « petit » jardin :
Rien n’est petit en effet ; quiconque est sujet aux pénétrations profondes de la nature, le sait. Bien qu’aucune satisfaction absolue ne soit donnée à la philosophie, pas plus de circonscrire la cause que de limiter l’ effet, le contemplateur tombe dans des extases sans fond à cause de toutes ces décompositions de forces aboutissant à l’unité. Tout travaille à tout. L’algèbre s’applique aux nuages ; l’irradiation de l’astre profite à la rose ; aucun penseur n’oserait dire que le parfum de l’aubépine est inutile aux constellations. Qui donc peut calculer le trajet d’une molécule ? Que savons-nous si des créations de mondes ne sont point déterminées par des chutes de grains de sable ? Qui donc connaît les flux et reflux réciproques de l’infiniment grand et de l’infiniment petit, le retentissement des causes dans les précipices de l’être, et les avalanches de la création ? Le petit est grand, le grand est petit ; tout est en équilibre dans la nécessité ; effrayante vision pour l’esprit. Il y a entre les êtres et les choses des relations de prodige ; dans cet inépuisable ensemble, de soleil à puceron, on ne se méprise pas ; on a besoin les uns des autres. […](Les misérables, tome 2, Gallimard, 1995, p.201)

Enregistrer

8 Commentaires
  • Mademoiselle7412
    avril 28, 2018

    Très bel article. J’ai une question à vous poser, est-ce que les Thénardier pourraient être symbolisés d’une certaine façon par la Lune noire en Vierge, conjointe à Saturne, avec le côté industrieux, mais aussi obscur des Thénardier, qui ne voient en Cosette qu’un outil, une bonne à tout faire corvéable à merci, qu’ils exploitent sans vergogne. Le côté précis, tatillon du Thénardier qui récolte avidement l’argent envoyé par Fantine, laquelle se sacrifie pour sa fille, se retrouve dans la Vierge maléficiée. Ambivalence aussi de Saturne conjoint Jupiter qui donne un aspect très travailleur à Victor Hugo, mais traduit aussi une rigidité inconsciente, laquelle se retrouve chez Javert. Dans tous les cas, l’opposition Vierge-Poissons est manifeste dans le thème hugolien, elle tend les différences de point de vue et les exacerbe tout en valorisant les idées chères du sixième axe ( service, dévouement, religion, abnégation, (Mgr Myriel, Soeur Simplice, les religieuses du Petit-Picpus…) mais aussi sens du sacrifice, solitude, profondeur ( à lier avec la présence plutonienne) et comme vous l’avez dit à juste titre, le pardon, la rédemption. A noter qu’avec l’analyse que vous nous fournissez de la maison IV, la triade des signes d’Eau est pleinement valorisée, remplie, malgré l’absence de planètes en Cancer.
    En tout cas, merci et bravo pour votre article.

  • Géraldine Wolf
    avril 30, 2018

    Merci à vous, merci pour votre commentaire 🙂
    Votre remarque est très pertinente, je suis d’accord avec vous pour la signature astrologique des Thénardier. On peut aussi y voir la fascination de Victor Hugo pour les « humbles » (la Vierge) et les travailleurs pauvres, réduits en esclavage par des « autorités » (Saturne) sans scrupules (conjoint Lune Noire). C’est donc à la fois les Thénardiers et Fantine et Cosette : les deux faces d’une même pièce.
    Sur un autre plan, c’est également le parcours socio-professionnel de Jean Valjean (puisque Vierge et maison X) : Issu d’une famille modeste, il commence à travailler très tôt et doit assumer la charge de sa famille suite à la mort prématurée de son père. Puis c’est la case prison pour le vol d’un pain, qui s’éternise en raison de ses multiples tentatives d’évasion. La Lune Noire avec Saturne en X agit ici sous la forme d’une révolte impuissante face à l’ordre établi, et une incapacité à s’insérer dans la société (difficile de se sentir utile et de participer au collectif quand on est en prison). En devenant monsieur Madeleine, la position s’inverse radicalement : après maints renoncements, il incarne une autorité exigeante envers elle-même et pleine de sollicitude envers les modestes, à qui il fournit travail et dignité. La relation au pouvoir est toujours ambiguë, le sentiment de devoir et de service est toujours exacerbée, mais dans un sens plus constructif car c’est le patron et non plus les employés qui assume cette contrainte morale. Donc avec Monsieur madeleine, on est dans l’extrême opposé, une autre variation de cette conjonction Lune Noire/Saturne en X. Qu’en pensez-vous ?

  • Mademoiselle7412
    avril 30, 2018

    Merci à vous pour votre réponse, très pertinente d’ailleurs. Je suis d’accord avec vous concernant la Lune noire Saturne X et le symbolisme qu’elle revêt pour l’ascension de Jean Valjean, son rapport troublé au pouvoir, son accession au pouvoir, son parcours socio-professionnel. De plus, Victor Hugo a le Noeud Sud en maison X en Vierge, ce qui souligne les qualités de travail, de labeur hérités d’une vie antérieure que Jean Valjean possède de façon innées ( il n’a cessé de travailler pour les enfants de sa soeur, puis au bagne) mais ce travail n’est pas reconnu, ou alors de façon réprimée ( par le bagne, la prison, comme vous l’avez souligné), elle est source de déchirement et de souffrance, ( comme le montre l’importante opposition avec l’amas planétaire en Poissons) En tant que Monsieur Madeleine, il agit, après avoir tiré les dures leçons saturniennes de ses expériences malheureuses et avoir choisi la voie du Bien, grâce à Mgr Myriel ( personnage très Poissons). Le sentiment de devoir est présent, les valeurs de dignité aussi, mais elles se font relativement conservatrices ( Soyez honnête homme, soyez honnête fille) qui entraînera l’exclusion de Fantine et sa déchéance plus que manifeste. La conjonction Lune/ Noire Saturne en X évoque aussi les revers qui vont suivre avec l’affaire Champmathieu, où un homme désigné comme étant Jean Valjean se fait arrêter. Il aurait été beaucoup plus confortable, en tout cas moins risqué pour Jean Valjean ( Monsieur Madeleine) de se laver les mains de cette affaire et de se couler dans le moule de l’honnête bourgeois qu’il est devenu. Or sa conscience morale pas moins rigide que Javert mais dans un sens différent (Saturne X conjoint Jupiter) l’enjoint à se dénoncer pour se sentir en paix avec sa conscience. Ce qui est tout à fait en cohérence avec le Milieu du Ciel de Jean Valjean en Lion ( lequel défend les valeurs d’honneur, de courage et de dignité). A noter que le maître du signe se trouve en Poissons, ce qui nous ramène au sacrifice. Le Noeud Nord de Victor Hugo se trouve en maison 4 en Poissons, ce qui se manifeste par le fait d’offrir un foyer à Cosette, l’arracher à ses bourreaux et lui offrir confort, chaleur, sécurité, éducation, même dans des conditions pour le moins risquées. Toutefois, à la différence du rôle qu’il occupait avec les enfants de sa soeur, dont il remplaçait le père, il ne se limite plus seulement au devoir, bien que celui-ci prenne une place prépondérante dans sa vie, le torturant même, il devient un père sécurisant, aimant, il renoue avec l’amour qu’il n’a pu recevoir ( sauf de Bienvenu Myriel, et encore), peut-être avec une part d’enfance en lui-même vécue par projection à travers Cosette, qu’il veille à rendre heureuse, ce que l’enfant lui rend bien ;). Vous avez mentionné Cosette avec Vénus Poissons, effectivement c’est juste notamment quand elle grandit, elle échappe de plus en plus à Valjean avec l’amour pour Marius, et Valjean, qui n’a jamais eu de relation de couple avec une femme, mais n’envisage sa relation avec celles-ci que dans un cadre familial ou socioprofessionnel, ressent l’attachement et la jalousie. Il souffre, car son bonheur de père est remis en question. Mais sa Lune noire/Saturne X le force à accepter la remise en question et à sauver Marius pendant la barricade, alors qu’il aurait pu choisir de le laisser à son triste sort. Il accepte aussi de faire fi de son inimitié et de céder Cosette à Marius, auquel il avouera sa condition d’ancien forçat, mais dont il souffrira jusqu’à la fin, jusqu’à ce que Marius reçoive Thénardier et lui inflige son dû ( je me suis régalée à lire cette scène d’ailleurs), en reconnaissant Jean Valjean comme son sauveur et son père. La mort de Jean Valjean est assez emblématique de son Noeud Nord Poissons maison 4, entouré de sa fille adoptive, de son gendre, dans un espace préservé, familier, il finit par recevoir pleinement la récompense ( le signe des Poissons peut signifier aussi cet aspect de récompense, on récolte ce que l’on sème, on fait le bilan, pour envisager un nouveau cycle) de ses actions alors qu’il ne l’a pas demandée,

  • Géraldine Wolf
    mai 1, 2018

    Vous connaissez aussi bien Les Misérables que l’astrologie on dirait 😉 Moi aussi je suis absolument admirative des auteurs capables de bâtir (ya pas d’autres mots…) des œuvres de fiction d’une telle finesse et d’une telle justesse symbolique. Victor Hugo est LE maître en la matière et je pense que l’axe Vierge/Poissons montre bien ce genre de dispositions. Pour moi les nœuds lunaires sont dans l’axe XI /V, et non X/IV. L’homme engagé, très politique, très créatif… et mégalo, qu’était Victor Hugo. Il pouvait se le permettre 😉

  • Mademoiselle7412
    mai 1, 2018

    Je suis tout à fait d’accord avec vous concernant l’analyse de Victor Hugo et des Noeuds lunaires, je viens de vérifier et je me suis trompée, en fait c’est bien l’axe XI/ V. C’est un véritable démiurge en littérature, n’est-ce pas aussi le sens de la maison V? La maison XI évoque bien l’idée d’engagement, de fraternité, comme vous l’avez très bien évoqué. Dans les Misérables, cela m’évoque les amis de l’ABC, leurs idéaux fraternitaires qui se trouvent confrontés à la dure réalité sur les barricades. A noter qu’Uranus se trouve dans son secteur analogique, ce qui renforce ce côté visionnaire et libertaire. En lisant votre analyse de la puissante conjonction Vénus/Pluton/ Soleil, une autre image m’est venue à l’esprit. En plus de représenter Cosette ( qui évoque davantage l’archétype Poissons dans son aspect rêveur, évanescent et irréel), elle pourrait représenter Eponine, la fille de Thénardier, mais dans un sens plus vénal ( étroite conjonction de Vénus à Pluton) qui évolue dans le monde du crime et de la loi, qui aime Marius avec passion, et se trouve en rivalité avec Cosette, mais va quand même se sacrifier pour Marius). Cela peut représenter aussi une relation ambiguë au père ( Soleil-Pluton) dont elle connaît les activités criminelles, les relations qu’il entretient avec le réseau Patron-Minette. Un autre personnage qui pourrait représenter cette conjonction pourrait être Montparnasse, l’un des membres de la bande, qui est d’une beauté magnétique, envoûtante, mais qui consacre sa vie au crime par paresse. Bref, il y a autant de lectures que de personnages 🙂
    Autre élément très présent dans le thème de Victor Hugo, le carré Mercure-Lune en Sagittaire en maison II. Celui-ci me fait penser à Gavroche, qui est très libre, joue avec la langue, l’argot, a quelque chose de très libertaire, de voyou, en même temps qu’une facette protectrice apparait lorsqu’il recueille ses deux frères sans savoir qu’il s’agit d’eux ( Mercure en V souligne aussi ce côté paternel, à l’image d’une lionne protégeant ses lionceaux).
    Je crois que le sens des Misérables peut se manifester à travers la maison II, avec la Lune conjointe à Chiron, qui représente la blessure profonde. Blessure au niveau des possessions, tant matérielles que morales, le manque. Blessure qui fournit un matériau fort utile pour le travail d’écriture et de création de Victor Hugo. Et encore, ce n’est pas fini, il y a autant d’interprétations qu’il y a de lectures, ce qui fait la richesse même de l’oeuvre littéraire et lui confère toute sa littérarité. C’est un plaisir de dialoguer avec vous et d’ouvrir des possibles 🙂 😉

  • Géraldine Wolf
    mai 2, 2018

    Totalement d’accord avec vos interprétations, je n’avais jamais pensé à la conjonction Lune/Chiron en II pour ce livre mais c’est une belle piste !
    L’axe des Nœuds en XI/V avec la dominante Poissons / Vierge signe chez Hugo son besoin d’engagement social fort, son désir de faire évoluer les mentalités en misant sur une mobilisation du collectif. C’est un humaniste progressiste qui sensibilise -entre autres- à la cause des pauvres, ce qui dans son cas passe par une mise en valeur de son potentiel créatif, dont il dispose à profusion (amas en IV contenant le maître d’ascendant conjoint au Soleil Régent karmique du NN, en Poissons). Dans le livre, j’y vois comme vous les amis de l’ABC, et peut-être aussi le parcours du jeune Marius (qui est à l’image de Victor Hugo jeune – ), avocat (Uranus en Balance en XI, Mars en III), qui tout d’abord se cherche un destin à travers des fraternités politiques, puis se trouve grâce à son amour pour Cosette (tout en endossant le titre de Baron légué par son père, honni puis réhabilité). Notons que Mars est en Verseau -l’amant idéaliste, fraternel, révolutionnaire, joué par Marius- tandis que le Soleil est en Poissons -le père, charitable, compassionnel, victime et sauveur, joué par Jean Valjean.
    Gavroche, c’est le Mercurien par excellence, vif, débrouillard, adroit, irrévérencieux… mon personnage préféré au passage. 😉 La description du gamin de Paris, encore un grand moment de lecture !

  • Mademoiselle7412
    mai 7, 2018

    Bonjour Géraldine, et pardon pour le retard de ma réponse. Votre analyse de l’axe lunaire XI/V avec la dominante Poissons/ Vierge est très juste. Il sensibilise à la cause des pauvres, mais il lance également un appel à ses concitoyens ( témoin en est le discours sur la loi Falloux) afin de défendre la laïcité, qui doit s’affranchir selon lui de la tutelle de l’Eglise, tout en étant très croyant dans sa vie privée.Son potentiel créatif est ainsi mis en valeur par ses idées profondément progressistes pour son temps. Le parcours du jeune Marius est également une piste intéressante pour éclairer cette présence aérienne ( alliance de la Balance et du Verseau, ainsi que de la maison 3 valorisée) dans le thème. Votre remarque sur l’amant, avec Mars en Verseau et le père, avec le Soleil en Poissons, est très pertinente. A noter que les deux personnages que sont Marius et Jean Valjean ne s’apprécient guère, et ne partagent pas grand chose en commun, si ce n’est l’amour pour Cosette :). Vous avez parlé de Jean Valjean comme d’une victime et d’un sauveur, j’y ajouterais le bourreau, mais d’un point de vue extérieur, vu que c’est le jugement que porte sur lui la société, et inconsciemment, il a en lui cette image qui ne lui plaît guère, et qu’il sublime en développant la part du Sauveur en lui.
    Tout à fait d’accord pour Gavroche en analogie avec Mercure. Je comprends pleinement que ce soit votre personnage préféré, il joue avec l’argot avec aisance, il est habile, malin, et léger comme l’air. De plus, c’est lui qui est chargé, comme le dieu Hermès, d’apporter la lettre de Marius à Cosette, mais c’est à Jean Valjean qu’il la donne. Décidément, le texte des Misérables est une grande oeuvre littéraire pleinement sociocritique.

  • Géraldine Wolf
    mai 10, 2018

    Oui, et on pourrait rebondir à l’infini sur cette œuvre tant elle est riche, et dense ! Votre éclairage apporte beaucoup à cet article, ça donne envie de relire le livre 😉

Laissez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *