Un jour sans fin : un film culte (avec un peu de Taureau dedans) 1/2

D

ans la catégorie « films-top-et-tout-public », demandez Un jour sans fin ! Personnellement c’est un de mes films préférés, et j’ai déjà dû le voir et le revoir une bonne dizaine de fois. Aujourd’hui je vous propose donc de revisiter (encore) ce film culte à la lumière du symbolisme astrologique. Une lecture en 2 parties, la première étant consacrée au personnage principal, Phil, vedette auto-proclamée du petit écran et la seconde au personnage de Rita, sa productrice,  qui nous montre le signe du Taureau sous son meilleur jour (et vous trouverez donc les caractéristiques principales de ce signe dans la 2ème partie).

M

ais commençons par poser le décors en rappelant brièvement le pitch du film : Phil (interprété par Bill Murray) est un présentateur météo prétentieux, cynique et misanthrope qui doit couvrir comme chaque année l’évènement du « Jour de la marmotte » à Punxsutawney. (Un évènement qui existe vraiment, si si)
Sauf que Phil n’est pas du tout réceptif au côté bon enfant de ce rituel et déteste tout particulièrement cette ville et ses habitants. Pas de bol pour lui, un phénomène inexplicable le contraint à revivre encore et encore cette même journée jusqu’à ce qu’il se décide à changer d’attitude (en gros, qu’il apprenne à ouvrir son cœur et à se préoccuper sincèrement des autres).

P

arce que son expérience de blocage dans l’espace/temps impose à Phil la nécessité d’évoluer et de se remettre en question, jetons un coup d’ œil aux indices karmiques du thème astral de Bill Murray qui ont pu, justement, l’inciter à jouer ce personnage :
  • Nœud Sud en Vierge, avec Mercure rétrograde en Vierge également.
  • Soleil, Saturne, et Vénus en Vierge conjoint à Mercure et au Nœud Sud.
  • Nœud Nord en Poissons avec Neptune en Balance.
  • Lune Noire en Taureau.
Le Nœud Sud renseignant sur les aptitudes et tendances « innées » de la personne, on peut dire que cette position du Nœud Sud en Vierge accompagné de 4 planètes personnelles correspond à la forte personnalité de Phil, analytique, caustique même, et soigneusement contrôlée. Placé dans les signes du service et du don, les Nœuds Lunaires renvoient à l’exercice de l’humilité et de la compassion.  Dans son cas, il lui faut dépasser une vision trop étroite, rationaliste, utilitariste et matérialiste du monde pour aller vers les valeurs du Nœud Nord en Poissons : développer l’intuition, la réceptivité psychique, suivre ses aspirations même si elles semblent étranges et irrationnelles, faire preuve de compassion et de désintéressement, etc.
Pour ce qui est des planètes conjointes au Nœud Sud, rien n’interdit qu’elles soient un atout. Tout dépend de l’usage que l’on en fait. Les défauts de Phil ne sont pas liés à la présence de ces 4 planètes au Nœud Sud (tout à fait positivables) mais à l’usage égocentrique et borné qu’il en fait :
Avec le Soleil : la dignité, le style personnel inimitable, la capacité à rayonner et à s’autodéterminer sont ternis par l’ arrogance, la prétention, le besoin d’admiration. C’est encore sa tendance à être imbu de lui-même et sensible à la flatterie.
Avec Vénus : le charme, la sympathie, la sociabilité, la satisfaction saine et paisible de la vie sont délaissés au profit d’une attitude séductrice et néanmoins méprisante des femmes, une recherche de gratification personnelle sans réciprocité ni partage, la paresse ou l’inertie devant la nécessité de s’améliorer.
Avec Mercure (rétrograde) : son intelligence est toujours aussi vive, sa répartie redoutable et son sens de l’humour à tout épreuve. Mais sa communication en pâtit car il est trop centré sur ses intérêts personnels et préfère s’écouter parler plutôt qu’engager un véritable échange. De là, pirouettes et bons mots à répétition, sentiment de supériorité intellectuelle, critique excessive de tout et de tout le monde, besoin de distraction à tout prix… sans parler de son habileté à embobiner les autres ! C’est un Mercure tout puissant, opportuniste, méchant, et malgré tout très très drôle (quand on en n’est pas la cible !).
Avec Saturne, enfin : La rigueur, le réalisme, la force morale, la capacité d’endurance et le sens des responsabilités peinent à s’exprimer tant la méfiance, le snobisme, l’ambition personnelle et la rigidité mentale sont forts.
Avec Saturne, on a des indications sur l’armure que Phil arbore pour masquer sa vulnérabilité. On se doute qu’avec une personnalité apparente aussi rigide, la vulnérabilité est en réalité très grande. Peut-être est-ce le défaut initial de Saturne qui le rend tellement avare de gentillesse, sec de cœur ? En tout cas la boucle temporelle qui lui fait vivre encore et encore la même journée va le confronter à lui-même et à l’étroitesse de son personnage. Plus moyen de s’esquiver et de s’enfoncer dans ses travers qui ne le mène qu’à plus de solitude et de dégouts de tout.

« C’est un hiver sans fin », dit-il laconique

D

u point de vue spirituel, c’est un beau cadeau. Mais allez dire ça à quelqu’un d’aussi prosaïque que Phil ! Pas dit qu’il s’extasie. D’ailleurs, il se fout pas mal de comprendre pourquoi il revit sans cesse la même journée. Donner un sens à ses expériences, développer une approche plus sage de la vie, ne fait pas partie de son tempérament. C’est pourtant ce qu’il va réussir à faire et en un temps relativement court  – une dizaine d’année selon le réalisateur, une trentaine selon les fans… Franchement, c’est pas si mal ! (Je rappelle que chez les bouddhistes ça chiffre plutôt en milliers de vie ^^)
Et le jeu en vaut la chandelle : une fois les planètes au Nœud Sud rééquilibrées, on le découvre habité d’un sens du service vraiment admirable, d’une attention aux humbles sincère et touchante (la Vierge en positif). Il cherche à se perfectionner, apprend patiemment le piano pour lequel il a un véritable talent (une belle expression de Mercure rétro conjoint Vénus) et prend conscience grâce à l’art et plus particulièrement grâce à la musique qu’il peut donner, être aimé et communier avec les autres (Nœud Nord en Poissons avec Neptune en Balance) sans perdre sa prestance. Et puis il parvient, chose plutôt rare, à transformer une forme d’amour/besoin en amour/don à l’égard de la belle Rita. Pour comprendre d’où venait la difficulté, parlons d’abord de la Lune Noire en Taureau de Phil et de son ambivalence face à cet archétype.

L

a Lune Noire de Bill Murray, qui, on l’a dit, fait donc parti des indicateurs karmiques du thème, se trouve en Taureau, signe de Terre tout comme la Vierge. La tendance matérialiste est ici encore renforcée, tout comme la tendance à la fixité et à l’inertie. En effet, la Lune noire en Taureau indique toujours une ambiguïté douloureuse dans le rapport à la matérialité, à la stabilité, aux avoirs. De fait, Phil est incroyablement avide et matérialiste. Sa première « meilleur idée » pour s’occuper quand il se sait piégé dans cette boucle temporelle est de s’empiffrer. Viennent ensuite la collection de maîtresses, le vol d’un fourgon blindé histoire de ne se priver de rien… Le voilà parti dans une recherche effrénée de plaisirs, de jouissance à tout prix, sans pour autant obtenir la quiétude et la satisfaction tant désirée, puisque le manque n’est jamais comblé avec la Lune Noire. Dans un passage très représentatif de cette Lune Noire, Phil déclare : « Une fois j’ai visité les Iles Vierges. Y’avait cette fille, on a mangé du homard, bu des pinas coladas… Au crépuscule, on a baisé comme des otaries, c’était pas si mal comme journée ! Pourquoi j’revis pas cette journée là ! Encore, et encore et encore ?… »

E

ncore, et encore et encore… Horizon apparemment indépassable que cette quête du bonheur visant à satisfaire tous les appétits sensuels, et au diable tout le reste. Mais parce que justement cet absolu n’est jamais atteint et que l’insuffisance, à la longue, fait cruellement souffrir, la tendance inverse se manifeste de manière tout aussi radicale : le désir compulsif de posséder et d’accumuler bascule dans le refus catégorique de satisfactions matérielles. De là, privations, dégoûts, rejet du corps et de ses besoins, absence de joie de vivre (et dans son cas, suicides à répétition). Niveau dégoût, on peut également voir dans son rejet « du Jour de la marmotte » une expression de cette Lune Noire en Taureau en négatif : rejet de la ruralité, de cette petite ville simple et ordinaire, rejet des traditions et de la routine, rejet des habitants qu’il qualifie du haut de son mépris de… « bouffeur de boudins » !
Heureusement que Rita est là pour l’aider à revoir ses préjugés anti-Taureau !  En effet, cette femme que Phil souhaite « gagner » à tout prix, exerce une fascination particulière sur lui et va lui montrer comment apprivoiser sa Lune Noire, en renonçant à son désir insatiable de possessions et en consolidant une appréciation plus saine des plaisirs de la vie. A mon avis, elle y parvient car elle est un exemple vivant de l’incarnation  du signe du Taureau en positif. Voyons ça dans la 2ème partie…

2ème partie →

Enregistrer
Enregistrer
Enregistrer
Enregistrer
Enregistrer
Enregistrer
Enregistrer
Enregistrer
Enregistrer
Enregistrer
Enregistrer
Enregistrer
Enregistrer
Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Pas encore de Commentaires.

Laissez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *