Allez venez, Milord, vous reprendrez bien un peu de Jupiter ?

A

vec ses excès en tout genre, en privé comme en public, Édith Piaf fut une digne représentante du signe du Sagittaire. Ce signe est très accentué dans son thème : son Soleil en Sagittaire est le Régent Karmique du Nœud Sud. Ce point fictif signifie que l’énergie du Sagittaire lui est familière, évidente, naturelle et qu’elle la mobilise spontanément depuis son enfance. Effectivement, elle connaît une vie d’artiste précoce, accompagnant son père circassien dans des spectacles de rue pour lesquels, déjà, elle chante. De plus, son Soleil est carré à Jupiter, le maître du signe du Sagittaire. Cela a pour effet d’amplifier la donne, de donner à son caractère un côté « too much » : trop démonstratif, trop généreux (tendance gaspillage), trop ambitieux (tendance carrière internationale et grosse dette financière…). Cette citation de Jean Cocteau décrit parfaitement le côté Sagittaire XXL d’Édith Piaf : « Je n’ai jamais connu d’être moins économe de son âme. Elle ne la dépensait pas, elle la prodiguait, elle en jetait l’or par les fenêtres. »
Thème astral d'Edith Piaf

Thème astral d’Edith Piaf

edith-piaf

C

omme Jupiter est en Poissons, sa générosité de cœur est, elle aussi, disproportionnée. Pour vous donner une idée de la manière dont cela peut s’exprimer, pensez à tous les profiteurs qui abusèrent de sa générosité. Ou prenez la chanson Milord. Milord est un notable (Soleil en Sagittaire) à qui tout réussit et qui obtient toujours ce qu’il désire. Enfin pas toujours : le voilà confronter à son premier chagrin d’amour. Lui qui s’était habitué à ce que tout soit facile, il tombe de haut. Et comme de juste, Édith va le consoler (Jupiter en Poissons). On retrouve dans cette chanson toutes les caractéristiques du signe du Sagittaire : la philanthropie, la générosité, un éternel optimiste, le goût de la fête « pour la fête », mais aussi pour oublier…
« Allez venez, Milord
Vous asseoir à ma table
Il fait si froid dehors
Ici, c’est confortable
Laissez-vous faire, Milord
Et prenez bien vos aises
Vos peines sur mon cœur
Et vos pieds sur une chaise »

L

e personnage de Milord est l’expression du Soleil en Sagittaire : l’homme chanceux, « fortuné », béni des dieux, qui ne doute pas un seul instant que le Monde est à lui :
« Quand vous passiez hier,
Vous n`étiez pas peu fier,
Dame! Le ciel vous comblait:
Votre foulard de soie
Flottant sur vos épaules,
Vous aviez le beau rôle,
On aurait dit le roi…
Vous marchiez en vainqueur »

 

Édith Piaf, elle, joue plutôt le rôle de Jupiter en Poissons :
Edith Piaf -Jupiter-en-Poissons
Charitable, généreuse, elle accueille tous les malheureux, les laissés-pour-compte, et leur redonne de l’espoir :
« Laissez-vous faire, Milord,
Venez dans mon royaume:
Je soigne les remords,
Je chante la romance,
Je chante les milords
Qui n`ont pas eu de chance… »

L

‘alternance de la musique entre tristesse et gaîté est à l’image de ces deux signes, la tristesse des Poissons, la gaîté du Sagittaire, avec un accent sur la gaîté puisque le Soleil en Sagittaire est stimulé de manière emphatique par son maître Jupiter. Les Sagittaires, en effet, ne sont pas du genre à se lamenter sur leur sort. La plupart du temps, ils arrivent à relativiser leurs problèmes et ont tendance à toujours voir le bon côté des choses, le verre à moitié plein. A tel point qu’on peut avoir l’impression, comme ça, de loin, que tout va toujours bien pour eux !
« Mais vous pleurez, Milord
Ça, j’ l’aurais jamais cru.
Eh! bien voyons, Milord
Souriez-moi, Milord
Mieux que ça, un p’tit effort…
Voilà, c’est ça!
Allez riez! Milord
Allez chantez! Milord
Ta da da da…
Mais oui, dansez, Milord
Ta da da da…
Bravo! Milord… »

P

roposez à un Jupitérien de faire la fête quand ça va mal et vous n’aurez pas besoin de le répéter 2 fois. Mais c’est un peu une fuite en avant que vous lui proposez là. Cette propension naturelle à ne regarder que le bon côté des choses et à ne jamais regarder les mauvais peut rendre ces derniers insoutenables à la longue. Nous verrons alors le Jupitérien chevronné nier purement et simplement les sentiments dépressifs qui le traversent, nier la « dure réalité » de la vie, et se jeter sur alcool, drogues et autres cache-misères au point d’en devenir dépendant. De quoi transformer un « bon vivant » en « bientôt mort »… Avec un tel tempérament et une vie jalonnée de souffrances, on comprend mieux pourquoi Édith Piaf a brûlé la chandelle par les deux bouts en 47 ans seulement. Mais un Jupitérien n’est pas du genre à regretter quoi que ce soit et encore moins à se prendre en pitié alors peut-être que, comme Jacques Brel dans le Moribond, elle aimerait aujourd’hui encore « qu’on rie, qu’on danse et qu’on s’amuse comme des fous quand c’est qu’on me mettra dans l’trou »


A lire également :

Le Sagittaire ou la folle journée de Ferris Bueller

Victor Hugo, Jean Valjean et le signe des Poissons

 

 

Enregistrer

Pas encore de Commentaires.

Laissez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *