American Beauty ou la crise de la quarantaine 1/2

, , , Permalink

A

merican Beauty est le film par excellence de la crise de la quarantaine. Symbolique à souhait, il va nous permettre d’illustrer cette époque particulière que C.G. Jung nomme « la crise de l’âge mûr », une période de profonds bouleversements plus ou moins bien vécus selon les individus.
Dans American Beauty, les bouleversements auxquels sont soumis les personnages sont dramatiques. D’abord parce que c’est du cinéma – alors pourquoi s’en priver ? – ensuite parce que cela correspond à la vision plutôt sombre que Sam Mendes porte sur la société américaine, et plus particulièrement sur sa classe moyenne qui en est le pivot essentiel. Cette vision est une des expressions de l’ opposition que l’on trouve dans le thème natal de Sam Mendes entre Saturne en Poissons d’une part et Vénus/Uranus/ Pluton en Vierge d’autre part. Pour simplifier la lecture, je ne vais aborder que l’opposition Saturne en Poisson / Uranus en Vierge, on aura déjà suffisamment d’éléments pour saisir le conflit fondamental dans lequel les personnages sont plongés.
Pour rappel, Uranus symbolise l’originalité, l’inventivité, le changement alors que Saturne représente la norme, le pragmatisme, la permanence. Quand ces deux planètes sont en opposition dans le thème natal, l’individu doit trouver un terrain d’entente entre l’acceptation de lourdes responsabilités (Saturne) et le désir d’une liberté sans contrainte (Uranus). Il pourra osciller entre le respect scrupuleusement  des conventions sociales (Saturne), et celle d’une recherche d’expression individualiste dénué d’engagement (Uranus). oppositionDans le cas d’une opposition entre deux planètes, il est aussi très fréquent que la personne s’identifie à une planète et rejette l’autre en la projetant à l’extérieur (sur un partenaire, une institution, une communauté…). « L’autre » incarnera alors cet aspect méconnu de lui-même et il pourra à loisir l’adorer ou le détester sans avoir conscience qu’il s’agit d’une projection. Mais dans tous les cas, les deux planètes sont liées, et l’expression de l’une ne se fera pas sans l’autre. C’est donc cet aspect de grande tension, entre conformisme et originalité, que Sam Mendes nous donne à voir dans American Beauty. Regardons de plus près les personnages principaux avant la crise : ils sont en profond désaccord avec les autres et avec eux-mêmes. Certains personnages du film jouent le parti de Saturne qui lutte contre Uranus, d’autres d’Uranus qui se rebelle contre Saturne, et ils expriment donc -pour ne pas dire subissent- cette tension différemment.

Petit état des lieux  avant la crise

caroline-saturne

L

es Saturniens jouent le rôle des oppresseurs. C’est la mère de Jane ; c’est le père de Ricky. Ils recherchent la respectabilité et rejettent tout ce qui sort de la normalité.  Dans le monde aliénant qu’ils imposent d’une main de fer à leur entourage, tout est conventionnel et étriqué, le quotidien étouffant, les rêves et les désirs réprimés. Le père de Ricky et la mère de Jane se ressemblent beaucoup : ils sont dans la représentation, aiment se montrer comme des personnes solides, responsables, qui se chargent de tout contrôler. Ils sont rigides, pleins de principes et nourrissent une passion pour les armes à feu, qui montre plus qu’elle ne cache leur extrême vulnérabilité. Ils répriment Uranus, ce qui les rend fébriles, intransigeants voire carrément despotiques, toujours un peu au bord de la crise de nerfs et périodiquement violents à l’extrême.
« Personne n’est plus dangereusement fou
que celui qui est sain d’esprit tout le temps :
il est comme un pont en acier sans flexibilité,
et l’ordre de sa vie est rigide et cassant. » Alan Watts
american-beauty-freaky-familyDe fait, il est le père qui bat son fils avec une rare brutalité en lui disant : « Si je fais ça, c’est pour ton bien. Tu as besoin de structure et de discipline. »  Elle est la mère qui dit à sa fille en pleine crise d’adolescence (entendez : en pleine détresse, en manque d’amour et de confiance en elle) : « Tu ne dois jamais compter sur personne d’autre que toi. C’est triste mais c’est comme ça. » En somme, et bien qu’ils prétendent le contraire, ils ne sont d’aucun secours pour leurs enfants car il sont en réalité très peu sûrs d’eux, n’ayant jamais été eux-mêmes. angelaEn réalité, ils sont victimes, tout comme Angela, de l’importance qu’ils accordent aux apparences, au confort matériel et au statut social, ce qui est l’expression de Saturne en négatif.  Le personnage de lolita que la jeune fille tente de se composer est une façade bien fragile qui masque difficilement sa peur d’être ordinaire.
The movie "American Beauty", directed by Sam Mendes and written by Alan Ball. Seen here, Kevin Spacey as Lester Burnham, mesmerized by blonde cheerleader. Initial theatrical wide release October 1, 1999. Screen capture. © 1999 DreamWorks. Credit: © 1999 DreamWorks / Flickr / Courtesy Pikturz. Image intended only for use to help promote the film, in an editorial, non-commercial context.

L

es Uraniens jouent le rôle des opprimés (ce qui leur va très mal !) : ils sont sous le joug des Saturniens et n’expriment leur rébellion que de manière détournée. Lester, anti-héro parfait, subit complètement sa vie. Il est dirigé par sa femme, qui le frustre et le dénigre constamment. Il fait de la résistance passive, en mettant sa femme en retard ou en la sabordant devant ses collègues. Par dessus tout, il aime se montrer irresponsable et plein de mauvaise volonté à son travail qui l’ennuie profondément. Il se définit lui-même comme un perdant, mais pas dans le sens où sa femme l’entend car lui n’a pas du tout envie de jouer le jeu de la compétition et de la réussite éclatante ; Non, il dit simplement qu’ il a perdu quelque chose mais qu’il ne sait pas exactement quoi.
jane

« Ils se moquent de moi parce que je suis différent, Je me moque d’eux parce qu’ils sont tous pareils« . Kurt Cobain

Léthargique, homme invisible dans sa propre famille, il est méprisé par sa femme et sa fille qui désespèrent de le voir se comporter en adulte. Cette dernière, Jane, apparaît inhibée, très peu sure d’elle, mais quand même extrêmement lucide sur ses parents. Elle est à un âge où elle recherche un modèle structurant lui permettant d’envisager l’âge adulte avec assurance sans sacrifier ses rêves et son individualité (un Saturne et un Uranus bien intégré, en somme) ; Or,  son père lui renvoie l’image d’un être immature et faible, sa mère celle d’une femme névrosée. Il est donc normal qu’elle se rebelle et se tourne vers le seul personnage qui semble incarner les qualités requises : Ricky, le voisin dealer un peu « freaky » sur les bords.
wes-bentleyOn la comprend car Ricky est le seul personnage « positif » du film, bien que dealer et voyeur assumé. Il est celui qui a dépassé la lutte intérieure que représente l’opposition Uranus en Vierge / Saturne en Poissons et arrive à concilier les deux. Par conséquent, il dégage une impression d’équilibre et de sérénité. Ricky est bien le sage du film (Saturne en positif), car il accepte la souffrance inhérente à l’expérience humaine là où tous les autres la combattent en vain (Saturne en Poissons). Il a accepté d’être seul, incompris, marginalisé parce qu’il est au-delà des regards et du jugement des autres : il se montre dans toute l’authenticité de son être. Cela lui permet de faire preuve d’une grande sensibilité et d’être prévenant envers les personnes fragiles (comme sa mère, par exemple). Il a été interné dans un hôpital psychiatrique par son père (Saturne en Poissons fait ce genre de chose…) mais ne nourrit aucune rancune à son égard, plutôt de la compassion. Quand ce dernier le bat, il lui dit simplement : « comme c’est triste de se punir à ce point-là ». Il a donc compris beaucoup de choses qui échappent aux communs des mortels et surtout, il voit la beauté partout et la filme, indifférent aux moqueries. Son mode opératoire est typique d’un Uranus en Vierge : il filme la beauté dans les petites choses de son quotidien, dans le moindre de ses mouvements, et dispose d’un répertoire impressionnant de micro-séquences, bien classé sur ses étagères.

Lire la suite : American Beauty, partie 2

 

 

Pas encore de Commentaires.

Laissez votre avis

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *